Actu

Notre mobilisation générale contre le terrorisme !

 

jeudi 22 janvier 2015, par Gwendal Rouillard.

Depuis mai 2012, le Gouvernement a pris la mesure des risques terroristes encourus par la France. C’est pourquoi, il avait rapidement renforcé les moyens humains, matériels et législatifs en matière de lutte contre le terrorisme. Pour autant, les attentats récents ont démontré la nécessité de les renforcer.

En effet, depuis 2012, de nombreuses mesures ont été prises :

- Création de milliers de postes dans la Police, la Gendarmerie et la Justice
- Création de bureaux de liaisons entre les services de renseignement
- Réforme de la filière du renseignement intérieur
- 432 recrutements spécialistes sur 5 ans
- Refonte du renseignement territorial de proximité
- 2 lois antiterroristes (décembre 2012 et novembre 2014) pour compléter l’arsenal juridique répressif
- Un plan de prévention de la radicalisation en avril 2014

Mais cela ne suffit pas. Aussi, nous devons renforcer ces moyens. Le Gouvernement l’a compris et prend toutes les mesures qui s’imposent.

Voici leurs déclinaisons :

1- Renforcement des moyens humains et matériels :
- 2680 emplois supplémentaires consacrés à la lutte contre le terrorisme au cours des 3 prochaines années (1400 pour le ministère de l’Intérieur, 950 au ministère de la Justice, 250 au ministère de la Défense et 80 au ministère des Finances).
* Parmi ces 2680 emplois supplémentaires, 1100 seront alloués aux services de renseignement intérieur chargés de lutter contre le terrorisme (500 à la direction générale de la sécurité intérieure, 500 au service central du renseignement territorial et 100 à la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris).
- 425 M€ de crédits d’investissement, d’équipement et de fonctionnement seront consacrés à ce plan de renforcement, au cours des 3 prochaines années, dont 233 millions d’euros pour le ministère de l’Intérieur et 181 millions d’euros pour celui de la Justice.
* Une partie de ces moyens sera consacrée au renforcement de la protection des policiers (nationaux et municipaux) et des gendarmes : gilets pare-balles et armements plus performants.
- Un dispositif PNR (fichier des passagers aériens) opérationnel en France en septembre 2015.
- Réduction de 7 500 les déflations d’effectifs prévues pour le ministère de la Défense sur la période de 2015 à 2019 par la loi de programmation militaire, dont 1 500 dès l’année 2015.

2- Un cadre juridique pour l’action des services de renseignement :
Un projet de loi sur le renseignement sera présenté en conseil des ministres et au Parlement début avril

3- Une détection renforcée du phénomène de radicalisation par les services du ministère de la Justice
- Renfort de la juridiction anti-terroriste parisienne (27 personnels) et de magistrats référents « anti-terrorisme » dans les parquets (16 personnels).
- Renforcement des parquets et des juridictions interrégionales spécialisées, compte tenu des liens qui existent entre la criminalité organisée et le terrorisme.
- Renforcement du renseignement pénitentiaire (66 personnels) pour mieux appréhender les phénomènes de radicalisation en milieu carcéral.
- Création d’une unité de veille et d’information au sein de la protection judiciaire de la jeunesse.
- Mission d’inspection conjointe de l’inspection générale des services judiciaires et de l’inspection générale de l’administration au sein des services et institutions de la PJJ.
- Création d’un fichier recensant les personnes prévenues ou condamnées pour des faits de terrorisme, avec obligation pour ces personnes de déclarer à intervalles réguliers leur adresse et leurs déplacements à l’étranger.

4- Une prise en charge et un suivi accrus des individus radicalisés

- Sur la base de l’expérimentation menée à Fresnes, création de 5 quartiers au sein d’établissements pénitentiaires, dédiés aux personnes détenues radicalisées.
- Professionnalisation et augmentation du nombre d’aumôniers musulmans (60, soit 30% de plus).

5- Une action renforcée en matière de prévention de la radicalisation
- 60 M€ supplémentaires seront consacrés à la prévention de la radicalisation dans les 3 prochaines années, au travers du fonds interministériel de prévention de la délinquance.

6- Un renforcement de la surveillance des communications et de l’Internet des jihadistes
- Renforcement des moyens dédiés à la surveillance du cyberjihadisme et aux enquêtes relatives aux délits commis sur Internet.
- Intensification du travail engagé avec les opérateurs de l’Internet, y compris dans le cadre européen.

Une lutte de longue haleine que le Parlement mènera aux côtés de notre Gouvernement.

A l’Assemblée Nationale

S'abonner

Rechercher

 

À lire également

Mentions légales | | Contenu sous licence Creative Commons CC-BY-SA