Actu

Mettons fin aux souffrances au travail

 

vendredi 3 février 2012, par Gwendal Rouillard.

Parce que le travail est un moyen essentiel d’émancipation et d’identité tant personnelle que sociale, la qualité de vie au travail est un enjeu décisif. En 2007, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail note que les consultations pour risques psychosociaux sont devenues la principale cause de consultation pour maladies professionnelles. Le rôle émancipateur du travail est, en effet, de plus en plus menacé par l’apparition de ces phénomènes de souffrance au travail, qui vont du stress et du mal être, jusqu’aux nouvelles psychopathologies, moins connues, comme l’épuisement au travail.


Souffrances au travail, suicide, stress : mieux... par GroupeSRC

Cette souffrance au travail ne se cantonne pas aux seuls salariés peu qualifiés. Elle touche aussi les cadres. Ainsi 47 % des catégories socioprofessionnelles supérieures sont concernées et 57 % des cadres se déclaraient stressés en 2009, contre 41 % sur l’ensemble des salariés. La généralisation des phénomènes de souffrance au travail à tous les pays développés, laisse peu de place à une mise en cause des seules faiblesses des salariés ; 28 % des travailleurs seraient exposés à au moins un facteur de risque psychosocial au sein de l’Union Européenne. Le cout du stress au travail pour l’Union européenne a été chiffré à 20 milliards d’euros. http://osha.europa.eu/fr/publications/reports/fr_esener1-summary.pdf

Une nouvelle organisation du travail en cause

Pour être émancipateur, le travail doit être valorisant. C’est le manque de reconnaissance qui est, pour beaucoup, lié aux nouveaux modes d’organisation du travail ; qui est en grande partie responsable du développement, sans précédent, des risques psychosociaux en France (pathologies de surcharge, la mort subite au travail, le burn out, les affections post-traumatiques, les violences pathologiques...). Sans compter que l’individualisation croissante des responsabilités, la dilution des collectifs de travail,et la recherche d’une rentabilité aboutissent à fragiliser les salariés, aussi bien dans la fonction publique, que dans les petites entreprises ou les grandes entreprises.

La nouvelle organisation du travail, imposée par des conceptions anglo-saxonnes du management a littéralement, fait disparaitre les collectifs de solidarité. La manière dont s’exerce le management est largement en cause dans le développement des troubles psycho-sociaux. Il est nécessaire de former les futurs dirigeants à la prévention des risques psychosociaux et de créer des formations spécifiques au management dans les écoles et les universités ; qui puissent inclure un volet sur la santé au travail en particulier, la santé mentale et la gestion humaine des salariés. L’entreprise Pegasus, sur Lorient, est en avant-garde sur ce type de problématiques, puisque l’un des objectifs poursuivis par l’entreprise à travers deux journées de formation proposées aux cadres d’une entreprise, est d’initier une prise de conscience sur de nouvelles méthodes de management, prenant davantage en compte le facteur humain.

La souffrance au travail, une cause nationale

Le gouvernement n’a pas souhaité faire de la souffrance au travail une cause nationale. Il est de notre responsabilité, aujourd’hui, de faire émerger un débat, pour qu’émerge un consensus, du moins sur la nécessité de répondre à la montée de la souffrance au travail. Les réponses à apporter à ces risques psycho-sociaux requièrent une implication de l’ensemble des acteurs concernés. Au secteur public de donner l’exemple, mais ce sont aussi les mentalités de l’ensemble du monde de l’entreprise qui doivent changer. Les bénéfices liés à l’amélioration du bien-être au travail, n’en seront que plus grands, l’absentéisme diminuera, et une meilleure implication des salariés augmentera la productivité et diminuera les versements d’indemnités. Quelques pistes sont avancées autour de deux piliers. Il faut d’une part combiner le soutien individuel et les actions collectives, notamment par une écoute renforcée du salarié et par une action accrue, pour préserver l’idée d’une médecine du travail, suffisamment forte et indépendante, et pour mener à bien sa mission quotidienne au service de tous les travailleurs de France. D’autre part, il est essentiel d’agir en profondeur sur les conditions de travail et sur les pratiques managériales ; afin de les faire évoluer, durablement, en tenant compte des résultats des managers, en matière de santé au travail et plus largement de leur performance sociale.

La montée en puissance de la souffrance au travail, phénomène largement sous-estimé jusqu’alors, doit faire l’objet de réponses fortes. Nous ne pensons pas que la réponse aux risques psycho-sociaux réside uniquement, ni même principalement, dans l’adoption de nouvelles mesures législatives. Il s’agit surtout d’établir un consensus, autour de l’importance qu’il y a, à traiter ce sujet, à s’en emparer dans le débat public et à en faire un objet de discussion, voire de négociation, au sein des entreprises. La santé des travailleurs ne doit plus être un sujet secondaire, sans cesse remis au lendemain, mais bien un axe majeur des politiques de santé publique. A l’approche quantitative du travail, travailler plus pour gagner plus, opposons une démarche qualitative prônant un travailler mieux pour vivre mieux.

Documents

-Le communiqué sur la médecine du travail de Gwendal Rouillard

http://www.gwendal-rouillard.fr/La-medecine-du-travail-doit-rester,023.html?var_mode=calcul

Liens

-Le colloque à l’Assemblée nationale : Prévenir et réparer les risques psychosociaux au travail

http://deputes.lessocialistes.fr/artualite/colloque-pr-venir-et-r-parer-les-risques-psychosociaux-au-travail

- L’Agence Européenne pour la sécurité et la santé au travail, enquête européenne des entreprises sur les risques nouveaux et émergents

http://osha.europa.eu/fr/publications/reports/fr_esener1-summary.pdf

- L’ARACT Bretagne ( Association Régionale pour l’amélioration des conditions de travail)

http://bretagne.aract.fr/portal/page/portal/SWAM_5_PORTAIL/SWAM_5_Accueil

- Le CJD ( Centre des Jeunes Dirigeants d’entreprise) http://www.jeunesdirigeants.fr/Default.aspx?tabid=1435

- La CFDT, le texte sur la pénibilité au travail

http://www.cfdt-retraites.fr/Nouvelle-retraite-anticipee-si

 

 

 

 

 

 

 

Mes combats

Thèmes

S'abonner

Rechercher

 

À lire également